Soyez les bienvenus sur le site du skater willi !!

Mouvement hippie

   La religion hippie
   La célèbre expression "Peace and Love", c'est à dire "Paix et Amour", signifie en d'autres termes: "Faites l'amour, pas la guerre!". Elle devint l’emblème des hippies américains afin de choquer les puritains. Finie la pudeur, bonjour le plaisir ! Un autre signe de paix et de reconnaissance entre hippies est le V formé avec les doigts, repris par les partisans de McCarthy, candidat démocrate aux élections présidentielles dans les années soixante. Ce pacifisme se retrouve également dans l'autre expression "Flower Power", c'est à dire "le Pouvoir de la Fleur". Effectivement, lorsqu'un hippie offrait une fleur à quelqu'un, cela symbolisait l'amour de son prochain, de la nature et de la paix. C'était en fait une sorte d'idéologie qui prônait l'utilisation des drogues douces permettant de "planer" (= atteindre un état de douce euphorie), l'enseignement de la philosophie orientale et une remise en question des valeurs matérialistes de la société occidentale.


   Le retour à la nature
   Les hippies aimaient pratiquer le retour à la nature en s'occupant d'un jardin et d'animaux, souvent de moutons. C’était une de leurs idées principales. Ceux qui parmi eux poussèrent cette idéologie à l'extrême allèrent vivre en Grèce, en Turquie, en Inde, au Maroc, ou simplement dans des endroits retirés de France, afin de se consacrer à la nature. D'autres préférèrent partir dans les pays nordiques, tels que la Suède, le Danemark ou la Hollande, où la liberté sexuelle et la tolérance des styles de vie leur convenaient mieux. D'ailleurs, Amsterdam, était une ville très appréciée par les hippies, surtout par sa convivialité et sa lutte antipollution (les gens ne s'y déplacent presque qu'en vélo).


   Un comportement plus libre
   En ce qui concerne les hippies, la libération des mœurs se fit ressentir principalement sur le plan culturel. Par exemple, ceux-ci se mirent à privilégier les voyages, surtout en Inde, afin de découvrir et connaître d'autres sociétés ou cultures alternatives. Sur le plan musical, ils organisèrent des festivals où les jeunes venaient "s'éclater" , c’est-à-dire prendre de la drogue et flirter tout en écoutant de la bonne musique. C’est ce qu’ils appelaient une ambiance psychédélique.


   Un habillement caractéristique
   Les hippies s'habillaient de façon très originale et presque choquante pour les gens de l'époque: pantalons "pattes d'éléphant", tuniques ou djellabas indiennes, gilets afghans, "moumoutes" brodées, petites lunettes rondes, habits à motifs très colorés et souvent fleuris, bandeaux dans les cheveux, sandales, longs colliers et bracelets de perles, bagues voyantes, badges fantaisie, etc... Les filles et les garçons s'habillaient volontiers de la même façon, afin de gommer les habitudes sexistes de la société. Par contre, les garçons se laissaient souvent pousser la barbe. Les "patt' d'eph'" ont en fait été lancées par les hippies californiens, qui achetaient leurs pantalons au rabais dans les surplus de l'US Army. Que ce fut du jean délavé ou du velours, la "mode" hippie était aux pantalons tailles basses, évasés au bas des jambes, décousus et élargis avec n'importe quel tissu dépareillé.

   L'usage de drogue
   Les principales drogues consommées par les hippies étaient la marijuana et le haschich (drogues dites douces), ainsi que le LSD, la mescaline et autres acides hallucinogènes (drogues dites dures). Leur but était de méditer à travers ces paradis artificiels, d’élargir leur conscience, de "sortir de son corps" comme les chamans indiens. Ces drogues faisaient partie de leur culture et de leurs habitudes hebdomadaires. Mais attention, il ne faut pas forcément toujours associer la drogue aux hippies, car il existait aussi beaucoup de hippies qui ne se droguaient jamais ou très rarement. La marijuana, ou cannabis, est un psychotrope naturel tiré d'une plante contenant du THC (tétrahydrocannabinol). Elle peut se fumer sous forme d'herbe, de résine (haschich ou shit) ou d'huile, ou se mélanger à la nourriture. Le plus souvent, les hippies la fumaient en cigarettes appelées joints, ou à l'aide de chillums, sortes de petites pipes en bois servant à aspirer plus de bouffées de fumée à la fois. Ses effets peuvent être très différents et dépendent souvent de l'état d'esprit du consommateur. Par exemple, ils peuvent être euphorisants, ou au contraire relaxants. Le cannabis peut aussi être utilisé à des fins médicales.

   La musique hippie
   Pour les hippies, la musique était peut-être ce qu'il y avait de plus important. Même en France, ils écoutaient principalement de la musique anglophone venue d’Angleterre et principalement des États-Unis. Au début des années soixante, leurs idoles étaient surtout des groupes ou chanteurs de rock ou de blues aux paroles plutôt simplistes et sentimentales, comme les Beatles, ou Joe Cocker. Cette musique était plus libre ; elle échappait aux schémas traditionnels du rock. Beaucoup de groupes s’en inspirèrent par la suite, comme The Byrds. Ils aimaient aussi tout ce qui s'inspirait de la musique indienne et orientale, comme le chanteur britannique Donovan. Mais, vers la fin de la décennie, les artistes à la mode tels que Bob Dylan, se mirent à chanter des textes plus méditatifs et engagés. Ce fut aussi le début d'un nouveau style de musique pop: le "psychédélique" ou acid-music, qui évoquait l'état psychique provoqué par les drogues hallucinogènes. Après Jimi Hendrix, héros noir considéré comme le Dieu de la guitare de la fin des Sixties, les plus grandes figures de ce style furent Frank Zappa, Janis Joplin, les Doors, les Who, les Rolling Stones et Pink Floyd, tous encore mondialement célèbres aujourd'hui. La plupart de ces stars furent représentatives d'une génération d'artistes révoltés, qui explorèrent leur talent au détriment de leur vie. Par exemple, Jimi Hendrix, Jim Morrisson et Janis Joplin sont tous les trois morts jeunes et en pleine gloire (dans les années 70), des suites de l'abus de drogues et d'alcool (overdoses). La plupart du temps, ces artistes exceptionnels consommaient des drogues pour augmenter leur créativité. C'est ainsi qu'ils sont restés et resteront toujours des mythes, des légendes. Il convient également de mentionner encore le fameux Festival de Woodstock, à White Lake, qui dura trois jours en été 1969 (du 15 au 17 août), et fut le plus grand rassemblement de hippies de tous les temps: il y eut environ 700'000 personnes. D'ailleurs, un film et un double album sortirent et sont encore disponibles aujourd'hui. Ce qui surprend le plus dans le film est la paix et l'amour qui régnaient dans ce festival. Il n'y avait pas la moindre violence. Les gens étaient tous presque nus, certains faisaient l'amour devant tout le monde et la plupart de ces jeunes étaient continuellement sous l’effet de drogues



PEACE AND LOVE